Brunei

Brunei, en forme longue le Sultanat de Brunei ou Brunei Darussalam, en malais Negara Brunei Darussalam, بروني دارالسلام, est un petit État enclavé dans l’État malaisien de Sarawak et situé dans le nord de l’île de Bornéo, en Asie du Sud-Est. Il partage l’île avec la Malaisie et l’Indonésie. Il est cerné par la mer de Chine méridionale et la Malaisie, et dirigé depuis 1968 par le sultan Hassanal Bolkiah. Ancien protectorat britannique, il est l’un des six membres du Commonwealth qui possède sa propre monarchie.

On ne connaît pas exactement l’origine du nom de Brunei, cependant il semblerait qu’il provienne du mot sanskrit varunai (वरुण) signifiant « Gens de la mer », terme devenu au XIVe siècle Barunai. Tout ce que l’on sait, c’est que lorsque les Portugais arrivèrent dans la région au XVIe siècle, ils donnèrent à l’île le nom de Bornéo, en référence au principal sultanat qui s’y trouvait et avec qui ils traitèrent, c’est-à-dire celui du Brunei (appelé alors par les lusophones Burne ou Burni)2.
Pour ce qui concerne le nom complet du pays « Negara Brunei Darussalam », Darussalam (بروني دارالسلام) signifie en arabe « demeure de la paix », tandis que Negara signifie « État » en malais. Ce dernier terme vient lui-même du sanscrit Nagara (नगर), ce qui signifie « ville ».

Le Brunei a une superficie de 5 765 km2. Il possède des frontières terrestres de 381 km avec la Malaisie, dont une bande de territoire coupe le pays en deux. Son littoral a une longueur de 161 km. Le point le plus élevé du pays est à une altitude de 1850 mètres.

Brunei regorge de singes nasiques, de calaos, de gibbons, de serpents verts… Autant d’espèces en voie de disparition dans les pays limitrophes. Il existe plus de 3 000 sortes de papillons. Conscientes de ce patrimoine exceptionnel, les autorités songent à multiplier les réserves ou les parcs nationaux.

Le sultanat de Brunei est un royaume vieux de plus d’un millénaire. Il était alors un grand port de commerce, ayant des relations commerciales tant avec l’Inde qu’avec la Chine, et cela dès 977. On sait que cette année-là, le Brunei envoya une ambassade dans l’Empire du milieu.

On a trouvé à Brunei une tombe chinoise musulmane. Datée de 1264, elle est celle d’un « Maître Pu » et porte la plus ancienne tombe musulmane de Brunei3.

En 1363, Awang Lak Betatar devient le premier sultan musulman de Brunei. Il est fondateur de la dynastie royale des Bolkiah.

Le nom de Brunei est attesté dès le XIVe siècle. Le Nagarakertagama, un poème épique écrit en 1365 dans le royaume javanais de Majapahit, mentionne en effet « Buruneng » parmi les quelque cent « contrées tributaires » du royaume. En réalité, le territoire contrôlé par Majapahit ne s’étendait que sur une partie de l’est et du centre de Java. Les contrées tributaires étaient en fait des comptoirs formant un réseau commercial dont Majapahit était le centre. Majapahit y envoyait des dignitaires dont le rôle était de s’assurer que ces comptoirs ne s’adonnaient pas à un commerce privé qui échapperait au royaume.

Le royaume de Brunei se développe rapidement après la chute de Majapahit, s’étendant à Bornéo et dans l’archipel philippin.

C’est à cette période de son apogée historique, dans les années 1520, que le royaume de Brunei, islamisé, devient un sultanat. Il s’affaiblit ensuite peu à peu alors que les régions voisines sont colonisées par les grandes puissances occidentales (Portugal, Royaume-Uni et Espagne) qui y établissent également des comptoirs commerciaux. Le pays perd peu à peu ses possessions, puis devient en 1906 un protectorat britannique.

Du pétrole y est découvert en 1903 et commence à être exploité en 1929, le premier puits de pétrole est découvert à Seria.. À l’époque de la décolonisation (deuxième moitié du XXe siècle), le pays change de nombreuses fois de statut. En 1959, toujours sous protectorat britannique, il accède à l’autonomie interne. Un mouvement nationaliste et démocratique se développe à cette période : il aboutit en 1962 à une violente rébellion, rapidement écrasée par les Britanniques. C’est alors que l’état d’urgence est décrété, et la Constitution abolie : depuis, le sultan gouverne seul et par décret. Conformément à un accord avec le Royaume-Uni, le sultanat accède à l’indépendance le 1er janvier 1984. Le sultan actuel est Hassanal Bolkiah. La doctrine Melayu Islam Beraja (MIB) qui définit l’identité brunéienne comme « malaise, musulmane et monarchique », est érigée en idéologie d’État.

Le Brunei est un sultanat. Le sultanat a vécu sous protectorat britannique du XIXe siècle jusqu’en 1984. Le pays est une monarchie islamique, le sultan est le chef religieux et joue par sa fonction monarchique le rôle de chef d’État et de chef du gouvernement, cumulant les statuts de Premier ministre, ministre de la Défense, ministre des Finances, recteur de l’université, chef de la police, chef suprême des forces armées et commandeur des croyants, depuis l’abolition de la Constitution en 1962. La dernière élection législative, en 1962, avait provoqué une rébellion, poussant l’ancien sultan, Omar Ali Salfuddin III, à déclarer l’état d’urgence, toujours en vigueur. Depuis, le sultanat surveille tout, notamment les médias. Les autorités peuvent ainsi fermer sans raison les organes de presse et mettre en prison les journalistes accusés d’articles « faux et malveillants ».
Photographie de Hassanal Bolkiah dans une salle de conférence du Pentagone.
Hassanal Bolkiah, le sultan de Brunei, lors de sa visite au Pentagone en décembre 2002

Il reçoit des conseils en matière législative d’un corps de 21 membres non élus. Le seul parti autorisé, le Parti national solidarité, est sous les ordres du sultan et n’a aucune existence réelle.[réf. nécessaire]

Le pays est membre de l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (ASEAN), du Commonwealth depuis son indépendance, après avoir été longtemps sous protectorat britannique.

En 2009, Hayati Salleh était la première femme à devenir procureur général. Et, en 2011, deux anciennes boursières parties à l’étranger, Salbiah Binti Sulaiman et Zatia binti Sirin, étaient nommées au Conseil législatif.

En 2013, après 17 ans d’efforts du sultan en ce sens, Brunei a promulgué un nouveau code pénal instaurant la Charia qui ne s’appliquera qu’aux musulmans (deux tiers de la population)4. Ce nouveau code prévoit notamment l’interdiction totale de l’alcool, l’amputation des voleurs, la lapidation en cas d’adultère ou l’instauration de châtiments corporels pour divers délits. Brunei devient ainsi le premier État d’Asie du Sud-Est à adopter la Charia5.

Actuellement, le sultanat de Brunei, d’une superficie de 5 765 km², est séparé en quatre districts, ayant chacun un chef-lieu :

Belait, d’une superficie de 2 724 km2, a pour chef-lieu la ville de Kuala Belait.
Brunei-Muara, district de la capitale Bandar Seri Begawan qui en est le chef-lieu, d’une superficie de 571 km2.
Temburong, d’une superficie de 1 304 km2, a pour chef-lieu Bangar.
Tutong, d’une superficie de 1 166 km2, a pour chef-lieu Tutong.

Fiche technique
superficie 5 765 km²
Population 425 000
La langue des habitants de Brunei est Melayu Brunei, une forme de malai. Ancien protectorat britannique, le sultanat a au moins 50 % de sa population qui parle anglais, qui de plus, est la langue commerciale, avec le chinois.
Religion 67 % de la population est musulmane, 13 % est bouddhiste, 10 % chrétienne et 10 % autre, dont animiste
Monnaie Dollar de Brunei (BND​)

ENDROITS À NE PAS MANQUER AU BRUNEI

Quelques notions de base avant de partir pour le Brunei

COMMENT SE RENDRE AU BRUNEI

PRÉCAUTION SANTÉ

Transports
Routes : 1 712 km (dont 1 284 km goudronnés) (en 1996)
Voies ferrées : 13 km
Voies navigables : 209 km
Nombre d’aéroports : 2 (dont 1 avec des pistes goudronnées) (en 2000)

Activités touristiques disponibles et derniers conseils pour le Brunei

Vie nocturne

Que rapporter ?

Langue

Fetes et festivals

Itinéraires conseillés Brunei

Points positifs du Brunei

Les moins au Brunei

Comments

comments

Leave a Reply

Leave a Reply

Your email address will not be published.