in , ,

Départ en famille au Myanmar – suite

Départ en janvier 2018, une famille de toulousains en voyage en Asie

Une famille de toulousains au Myanmar – texte précédent: https://www.info-asie.com/buzz/depart-en-famille-au-myanmar-premiere-etape/

De kalaw au lac Inlé – 18 janvier 2018

KALAW
Option beaucoup plus confortable et moins coûteuse, il arrivent à Kalaw après 5 heures de minivan.

Nous rencontrons, dans notre guesthouse, une famille française qui voyage pour 10 mois et qui ont des jumeaux de 4 ans. Moment d’échange et de partage de bons tuyaux.

Pour partir vers le Lac Inlé, ils privilégiront le train. Le voyage en train est certes plus long que le bus mais permet de découvrir les paysages et de partager la vie des locaux. Le train les amène jusqu’à Nyaung Shwe en 3H30.

Lorsque le train démarre, les loulous sont amusés et médusés : il tangue comme si on était dans un bateau … Limite on pourrait tomber même assis ! Nous sommes au milieu des Birmans : échanges de grand sourire. Nos loulous sont un passe-partout, ils sont tout de suite repérés et attendrissent les locaux par leur gémellité !

Lac Inle
Les pêcheurs plus occupés à faire des acrobaties pour attirer les touristes qu’à attraper des poissons… Oui le lac Inlé c’est aussi une machine bien rodée où le touriste est amené là où il est susceptible de consommer.

inle photo
Photo by Nhị Đắng

La beauté du lac et des paysages ainsi que la gentillesse des locaux nous laisseront un bon souvenir de cette région bien qu’elle soit un peu trop touristique.

En bref :
Nous découvrons ensemble, notre premier pays.

Le Myanmar ne nous laisse pas indifférent et nous sommes autant fascinés par les paysages qu’abasourdis par les conditions difficiles du pays … Heureusement que nous avons déjà voyagé avec les enfants auparavant, car le voyage reste déroutant par moment.

Nous sortons peu des sentiers battus car le pays se durcis ces derniers temps et nous transportons avec nous la prunelle de nos yeux !

Notre parenthèse commence à se remplir peu à peu de nos souvenirs communs et nous partageons des moments de réelle complicité. Nous partageons nos peurs, nos envies, nos coups de gueule, nos joies, et nous nous nous découvrons aussi différemment.

En route vers Hpa-An – 18 janvier 2018

HPA AN la paisible campagne.

Ce n’est que le lendemain de leur arrivée qu’ils partent à la conquête de cette petite ville Birmane encore peu touristique. Logés au guesthouse Galaxy Motel.

Ici, nous nous sommes sentis comme à la maison, accueillis par une famille les bras ouverts. Nous sommes repartis les yeux humides et très émus de les quitter.

HPA AN se découvre en scooter en empruntant des routes et chemins avec un paysage paisible ,somptuex et tout en couleur.

Des pitons rocheux qui sortent des rizières, des enfants qui courent après notre scooter en criant « hello », « hi », des massifs karstiques, des paysages d’un vert fluo à en faire mal aux yeux, des piscines naturelles, de sublimes grottes (dont batcave où des milliers de chauves-souris s’envolent à la tombée de la nuit).

Le monastère de Kyauk Kalap

Kyauk Kalap photo
Photo by james_antrobus

Petite anecdote à part : Si vous visiter la grotte Saddan, ne faites pas comme nous. À l’entrée de la grotte vous devez vous déchausser et laisser, normalement, vos chaussures à l’entrée. Sauf que là, si vous voulez finir par la balade en bateau, vous allez devoir marcher ensuite jusqu’à l’entrée … pied nus sur le sol brûlant !
Oui oui, c’est ce qui nous est arrivé malheureusement. Retour pieds nus sous une chaleur de plomb avec deux loulous à l’agonie !

En Bref

Il faut aussi que l’on vous parle d’un son que l’on entend énormément au Myanmar, celui du raclement de gorge.
Nous sommes obligés d’ouvrir une parenthèse pour vous expliquer. Ils mâchent à longueur de journée une chique, qu’ils appellent « le bétel ». C’est une feuille (du bétel), badigeonnée d’une mixture blanche (la chaux, qui fait réagir la préparation), avec au milieu une noix d’arec et du tabac.
Ce petit mélange, certes 100% bio, fait saliver à outrance. Il en sort une espèce de jus rouge sang qu’ils crachent de manière dégueulasse toute la journée. C’est tellement rouge qu’ils ont les dents et la bouche complètement colorées. C’est immonde et ils sont complément accrocs ! Les routes sont maculées de crachats rouges, frais ou séchés…

En plus de cela, ils ont pour habitude de se faire racler la gorge pour cracher de façon naturelle, sans tabou. C’est valable dans le bus, dans la rue, ou encore lorsque vous marchez et que tout à coup vous recevez à vos pieds un crachat tombé de nulle part !
Oui c’est aussi ça le Myanmar !

Yangon, l’hyperactive – 21 janvier 2018

de Hpa-An, c’est un trajet de 6 heures en bus pour rejoindre Yangon.

Chose étonnante, les deux roues sont interdits dans la ville. Si l’on n’entend donc pas les pots d’échappement des motos, les klaxons sont utilisés à tout va et les taxis abondent dans la ville.

Un peu d’histoire :
Depuis le 04 janvier 1948, la Birmanie (Myanmar) est indépendante et une dictature militaire « la junte » va petit à petit s’imposer ; c’est vers 1988 que Aung San Suu Kyi s’engagera vraiment en politique et participera à la création de la ligue nationale pour la démocratie (NLD) ce qui entrainera à plusieurs reprises sa mise en résidence surveillée.

Yangon est l’ancienne capitale car la junte a changé le nom des villes. Ce n’est plus Rangoon mais Yangon et elle a perdu son statut de capitale pour une ville fantôme créée pour l’occasion dans le centre à Nay Pyi Taw.

Mais Yangon reste la ville la plus importante et le poumon commerçant et politique.

Le premier constat est un sentiment de fourmilière. La ville grouille de véhicules laissant un trafic intense. L’atmosphère est très chaude. Pour traverser les routes, mieux vaut suivre les locaux et prendre le pli ! Nous ne sommes pas du tout emballés par cette ambiance !

Le parc Kandawgyi Lake

Kandawgyi Lake photo
Photo by ReflectedSerendipity

Shwedagon pagoda

Shwedagon pagoda photo
Photo by Allan_Grey

La Shwedagon pagoda est l’une des plus belles pagodes au monde et elle nous a en effet beaucoup impressionnés ! Enfin, juste nous, car les loulous saturent un peu de ce genre de lieu et on peut les comprendre ! On leur en veut pas !

C’est en outre l’une des plus vénérées de Birmanie. Vous serez éblouis devant sa grandeur et l’abondance de dorures.

En bref

Je pense que Yangon mérite plusieurs jours pour la découvrir et l’apprécier. Un chaos quasi permanent qu’il faut arriver à apprivoiser…

Le voyage s’est aussi savoir s’écouter et prendre le temps de s’arrêter. En France, nous ne sommes pas constamment en action, il en est de même lors d’un long voyage.
Et ces instants de pose sont largement appréciés par nos loulous où ils rechargent leur batterie et retrouvent leur complicité dans leur jeux favoris.

Voyager lentement n’est pas forcément facile. On a envie de tout faire, tout voir et surtout ne rien manquer. On veut rentabiliser son voyage. Mais cela peut assez vite devenir fatigant. À courir partout et dans tous les sens, on n’en profite finalement pas toujours autant qu’on aimerait.

Lorsque le train démarre, les loulous sont amusés et médusés : il tangue comme si on était dans un bateau … Limite on pourrait tomber même assis ! Nous sommes au milieu des Birmans : échanges de grand sourire. Nos loulous sont un passe-partout, ils sont tout de suite repérés et attendrissent les locaux par leur gémellité !

0

Info-Asie est à préparer la suite de cette famille de Toulousains, suivez-nous pour lire la suite de leur parcours qui se poursuit leur deuxième pays de leur projet en Asie du Sud-Est.

Vous pouvez lire l’intégralité de leur voyage sur leur site internet https://parentheseetpointilles.wordpress.com

(Visited 56 times, 1 visits today)

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Comments

comments